Femme_01_Fixe_768x128
 

INTERVIEW - MINITEL ROSE

Après la sortie de leur album "Atlantique", cet été, les Minitel Rose nous accordait une interview pour un petit retour sur ce succès montant made in France.

− Parlez-nous un peu de l’album... pourquoi avoir choisi de le sortir cette année ?

Après The French Machine, on à eu beaucoup de dates, et une formule live qui à beaucoup évolué. On est passé d'un live à 3 quasiment sans instrument, à un live à quatre plus ingé son sans aucun ordinateur ni machines. Ca nous à demandé beaucoup de temps de résidence, de répétition. Avoir un live en phase avec nos envies étaient très important pour nous et on ne se voyaient pas se lancer dans un  nouveau disque sans avoir reglé ce point. Il a aussi fallu trouver les partenaires avec qui nous allions faire ce disque ce qui prend également du temps.

Ce n'est qu'ensuite que l'on s'est enfermé un mois dans une maison de la cote atlantique en Janvier 2010. Rien que nous 3 et nos instruments. Le rythme étaient assez intense mais ça à été un expérience très enrichissante pour nous 3, je crois que l'on ne travaillera plus que comme cela désormais. Ensuite il à fallu laisser le temps à tous les partenaires de préparer au mieux la sortie du disque il est donc sortie en Juin 2010. Pour nous le disque à encore beaucoup à donner et on à la volonté d'un travail sur le long terme et ça passe notamment par le Live. Et puis ce coup ci il va bénéficier d'une super distribution à l'étranger et ça c'est très important pour nous.


− Vous êtes relativement jeunes par rapport aux influences qu’on peut ressentir dans votre musique. Votre enfance a-t-elle vraiment été marquée par la musique ?

On à tous les 3 été élevé par des parents pour qui la musique avaient un rôle très importants. Les disques que nos parents écoutaient font partie de nos classiques.

Ensuite notre approche de la musique en tout cas celle que l'on à commencé à produire tous les trois c'est faite via le Sample. Comme beaucoup d'ados dans la fin des années 90 début des années 2000 on était à fond dans le Rap. On avait des samplers et on achetait énormément de vinyls dans les dépôts ventes et vide greniers. On s'est fait des grosses collections de musiques assez confidentielles. Je crois que ce qui relie un peu toute les musiques qu'on peut aimer c'est le rapport au fantastique à l'imaginaire, que ce soit en soul en rock mais même en éléctro.


− Minitel Rose : musique intemporelle ?

Notre musique à seulement 4 ans pour les plus vieux morceaux. Donc c'est encore bien trop tôt pour le dire. Mais on aime se dire que si des titres on été assez immédiats comme « Magic Powder » par exemple, d'autres se révèleront plus tard. Lorsque que l'on décide de sortir une chanson on sait qu'elle va nous poursuivre pour le restant de nos vies alors c'est très important pour nous qu'elle ait une identité propre, et je pense que c'est un facteur important pour qu'une chanson vieillisse bien.


− Qui écoute Minitel Rose ?

Si l'on en juge au public de nos concerts majoritairement un public jeune. Mais pas seulement, de plus en plus de trentenaires voir même de quarantenaires viennent nous voir en concert. Le coté nostalgie 80's y est pour quelque chose mais ce n'est pas seulement ça. Notre nouvelle formule live est certes moins évidente et immédiate mais elle est le témoignage d'un soucis d'authenticité qui je pense séduit le public plus agé. Mais on ne renie pas les kids, c'est un public super, il savent s'amuser et assurer l'ambiance pendant les concerts.


− La nostalgie des années 80 traduit-elle un manque d’intérêt pour la musique d’aujourd’hui ?

Cette image de nostalgie 80's nous colle un peu à la peau mais elle ne correspond pas du tout à notre état d'esprit. Nous ne sommes pas dans un discours du « c'était mieux avant ». La musique des années 80 nous influence tout autant que la soul des 60's ou le psychedlisme des 70's ou la dance des 90's. Il faut venir voir nos DJ Set pour se rendre compte que Minitel Rose ce n'est vraiment pas un groupe de revival 80's. Il se trouve qu'on aime les synthés et que visuellement on est sensible à une esthétique qui à eu son heure de gloire dans les années 80, mais on ne peut pas résumer le groupe à ça.


− Utilisez-vous aussi du matériel vintage pour composer ?

On en utilise un peu dans la limite de nos moyens car le matériel vintage coute cher. Nous avons un Moog pour les basses qui est indispensable à notre son aujourd’hui. On à également plusieurs claviers de type arrangeur des années 90. On aime également beaucoup le DX7 de chez Yamaha. Mais ça reste tout de même l’ordinateur l'élément principal de notre studio. On pourrait aujourd'hui difficilement s'en passer. C'est un outil extraordinaire qui permet de produire de la musique à un cout vraiment ridicule comparé au cout de studio traditionnel.


− Minitel Rose, 3 artistes en studio : quelle organisation ?

La seule chose qui est la même chose à chaque fois c'est l'ordre des étapes.

La composition de la musique / la composition du chant / les paroles

Ensuite ça peut changer d'une chanson à l'autre. Certaines chanson sont composées par un seul des membres, d'autres à 2 d'autres à 3. Les paroles sont majoritairement écrite par Quentin. Les chants toujours composés et enregistrés par Raphael.

On travaille toujours sur plusieurs morceaux en même temps, on aime pouvoir naviguer d'un morceau à l'autre.


− Qui se charge de l’aspect graphique de votre travail ?

Depuis les débuts du groupe nous travaillons avec le graphiste allemand The Zonders. Il a toujours su exprimer ce dont nous avions envie. Il à également travaillé avec les autres artistes de Valerie. Vous pouvez voir d'autres de leur travaux ici : http://www.thezonders.com


− Plutôt Tron ou Magicien d’Oz ?

Même si nous n'en sommes pas non plus des fans inconditionnels, c'est définitivement TRON, pour les thèmes abordés, l'esthétique et la musique qui ne peuvent que nous toucher. On attend avec impatience la suite avec les DAFT PUNK au commande de la BO.


− Quelqu’un avec qui vous adoreriez collaborer ?

Il y'a beaucoup de gens que l'on admire, je crois qu'on aimerait tous les trois produire une chanteuse de R&B. Le R&B est une musique très novatrice. Rihanna est surement quelqu'un avec laquelle on aimerait travailler. Mais il y'en à beaucoup d'autres... Etre produit par Allan Braxe ça nous ferait pas mal envie aussi.


− Des jeunes talents, copains, connaissances que vous conseilleriez à nos lecteurs ?

Parallèlement à Minitel Rose nous avons créé il y'a presque 3 ans maintenant FVTVR Records, un label aux influences très larges avec comme modèles Stones Throw, DFA ou Modular.

Après le premier album de College, nous allons sortir le 22 Septembre le premier mini LP de Rhum For Pauline, un groupe de nantais, qui font de la soul de blanc façon 2010. On est très excité par ce projet.

Pegase travaille actuellement sur des très bon remix avant de commencer son premier EP qui devrait sortir dans l'hiver. Anoraak va sortir sont premier album le 21 septembre et c'est pas parce que c'est un pote qu'on dit ça mais le disque est vraiment un bijou.


− Quand Minitel Rose fait du shopping, ils vont chez... ?

Pour les fringues on essaye d'avoir le maximum de fringues gratuites parce que c'est moins cher.

On continue encore d'acheter des disques même si c'est de plus en plus difficiles de les trouver, de plus en plus on est obliger de faire de l'import, comme dans les années 60 !

On dépense pas mal d'argent dans le matos et l'informatique aussi...


− Un rêve ?

Autour de Minitel Rose il y'a toute une petite famille de potes qui gravite, un peu comme dans « Entourage », ou un groupe de Rap. Un de nos fantasme serait de pouvoir mettre tout le monde dans un bus et de faire un grosse tournée aux USA. Mais je crois que y'auraient des morts.


− Vos gourous ?

Les femmes qu'on aime car elles sont nos premières inspirations, et puis certains musiciens références qui reviennent souvent dans nos références pour parler d'un morceaux, Pharell Williams, J Dilla, Allan Braxe, Les Daft Punk, Bowien Prince et les Pink Floyds.


 

 

 

LIENS :

Minitel Rose
www.myspace.com/minitelrose